Archive for novembre 2013|Monthly archive page

L’ABÉCÉDAIRE DE LA PERSONNALITÉ, par Lothar SEIWERT et Friebert GAY, aux éditionspersolog *****

FR-BO101-02042012133503Un livre tout simplement génial qui propose une méthodologie simple et efficace pour mieux se comprendre et mieux comprendre les autres, afin de rendre nos relations sociales plus efficaces. Ceci s’applique à ses collègues, à ses subordonnés, à ses supérieurs, à ses clients et même à ses enfants et à son conjoint. Cette méthode est également très utile pour composer des équipes performantes sachant collaborer et communiquer ensemble, ce qui est un facteur clé de succès des entreprises d’aujourd’hui.

Cette méthode est facilement compréhensible par les équipes. Une roue de 4 couleur permet d’identifier les préférences comportementales des individus : le rouge est synonyme de « dominant », le jaune identifie un comportement « influençant », le vert la « stabilité » et le bleu un comportement « consciencieux ».

Une bonne équipe se doit de connaître le profil de chacun de ses membres et sait s’adapter à chaque personnalité selon les situations. Le chef ou l’animateur est un véritable « caméléon » qui doit connaitre parfaitement les différents profils de l’équipe (et surtout le sien) et être capable de s’y adapter en respectant les différentes personnalités. Un employé qui souhaite faire passer son projet a aussi tout intérêt de connaître les préférences comportementales de son chef pour « jouer » dans sa zone de confort.

Appliqué sous forme de jeux, c’est un outil idéal pour briser les murs et les incompréhensions. Les discussions stériles interminables entre des personnalités différentes peuvent « fondre » rapidement, mais uniquement si les deux parties savent l’utiliser! Une personne incapable de sortir de sa bulle comportementale continuera à compliquer la vie de l’équipe, même si les effets de cette contrainte sera moins impactant sur la santé du groupe grâce à l’usage de cet outil. C’est pour cela qu’il faut investir du temps et de l’énergie à choisir des profils variés et complémentaires pour construire son équipe, et surtout des profils capables de voir plus loin que leur « bout du nez »!

A noter encore qu’une telle pratique ne peut se faire qu’une fois la confiance établie au sein de l’équipe et lorsque chaque individu possède un certain degré de maturité (ce qui n’est absolument pas dépendant de l’âge). Car chacun sera amené à analyser puis assumer son comportement ainsi que celui de ses collègues, en parfaite transparence. Mais pas de panique! Il ne s’agit pas de se psychanalyser ou de faire de la psychologie « de bas étages », il s’agit de rester « en surface », au niveau des comportements, et surtout pas d’aller chercher les raisons de ceux-ci!

Et si je m’intéresse à cette problématique, c’est une nouvelle fois pour mettre en œuvre des bonnes pratiques favorisant la performances des entreprises et des équipes, partant du principe que le vecteur principal se trouve au niveau de l’humain. D’autre part, comprendre et appliquer un tel outil avant la mise en œuvre le concept de l’Entreprise 2.0 me semble capital, puisque celui-ci requiert un certain degré de maturité des contributeurs.

Pour terminer, je noterai toutefois trois petits bémols concernant cet ouvrage:
– le premier concerne le questionnaire d’évaluation qui me semble bien trop léger pour faire un profilage sérieux. Une réflexion est nécessaire, avec ses collègues et proches, pour aider le lecteur à bien se positionner.
– deuxièmement, il ne propose pas de réflexion sur l’évolution des comportements d’une personne, car l’expérience et les années peuvent libérer certaines caractéristiques comportementales que l’on ne s’autorisait pas avant.
– le troisième et dernier point concerne la différenciation entre les compétences des individus et leurs comportements, ce qui peut induire en erreur le lecteur. En effet, on peut avoir une préférence comportementale qui ne correspond pas à ses compétences, ce qui va rendre la vie de la personne et de son entourage très compliquée. Ce n’est pas parce que l’on a un comportement « d’inventeur » que l’on sera un réel et bon inventeur!

Voilà, bonne lecture à vous, en espérant que vous pourrez mettre en œuvre cette bonne pratique dans vos entreprises et équipes respectives, avec tout le succès escompté!

Publicités

GESTION DE PROJET AGILE, de Véronique MESSAGER, aux éditions EYROLLES ****

Généralement, c’est l’apprentissage d’une nouvelle théorie qui me motive à modifier mon environnement de travail pour la mettre en œuvre. Mais cette fois-ci, c’est la pratique qui m’a poussé à rechercher la théorie idoine. Pourquoi ? Car il ne suffit pas d’avoir appliqué une méthode de travail efficace, faut-il encore pouvoir la justifier aux yeux de son management et de ses partenaires, en évitant de passer pour un « bricoleur du dimanche » chanceux.

Le cas que je souhaite partager avec vous concerne mon entité. Nous travaillons avec un partenaire américain (start-up) qui développe des applications web sur un cloud privé. Constatant l’incompatibilité grandissante entre nos méthodes de gestion industrielles « rigides » et leurs méthodes de développement « artisanales » – ce qui a pour conséquence de créer des tensions et des incompréhensions réciproques – nous avons progressivement assoupli nos exigences et notre formalisme pour renforcer la partie humaine qui est le facteur clef de succès ou d’échec des projets. Le téléphone et la vidéoconférence ont alors remplacé progressivement les emails et les rapports, le diagramme de Gantt détaillé a été remplacé par un fichier Excel contenant une liste des tâches priorisées, la roadmap a été simplifiée par une image représentant la vision des prochaines évolutions, les longs meetings assis ont été remplacés par des séances courtes en position verticale et les livrables exécutés à une fréquence plus élevée pour limiter les trop nombreux changements d’objectifs. Bref, une tentative de mise en application de méthode Agile!

9782212136661FS C’est pour cette raison que je me suis intéressé à cet ouvrage de Véronique MESSAGER dans lequel elle explique clairement l’environnement de travail du monde de la programmation. Elle conduit le lecteur sur la manière adéquate de gérer les projets de développement informatique selon les besoins et les attentes des clients actuels.

Pour un industriel comme moi, ce n’est pas évident d’accepter de perdre le contrôle des opérations et de laisser le système s’auto-organiser, surtout lorsque l’on est jugé par une organisation continuant de travailler dans un tel modèle. Mais c’est le prix à payer pour être davantage dynamique et performant. Si j’ai réussi cet exercice « intellectuel », c’est grâce à ma récente adoption du concept de l' »Entreprise 2.0″. En effet, ces deux méthodes ont la particularité de rechercher la performance de l’entreprise qui évolue dans un milieu instable, incertain et imprévisible. La solution étant, dans les deux cas, d’améliorer la collaboration et la communication entre les individus, puisque l’être humain est au cœur de la création de valeur de l’entreprise et surtout son principal facteur de performance.

Naturellement, certaines personnes vont dire que cela fait des années que ces méthodologies existent (en particulier les programmeurs Agiles). Mais est-ce que tout le monde a bien compris les enjeux et les bénéfices de ces méthodes ? Est-ce que les clients qui achètent du software ont compris ce changement de paradigme ? Ont-ils confiance en de tels procédés ?

Dans le doute, je ne peux que conseiller la lecture de cet ouvrage. C’est une très bonne entrée en matière pour ceux qui souhaitent découvrir la méthodologie Agile et préparer le terrain pour la mettre en œuvre!

Présentation du Livre Blanc « ENTREPRISE 2.0 : START-UP & PME » au REZOfirst du 13 novembre 2013

20131113

Après avoir présenté notre Livre Blanc « Entreprise 2.0 : Start-up & PME » à Yverdon le 26 septembre 2013, il était venu le temps de le présenter au REZOfirst devant un auditoire attentif de 220 personnes.

Les premiers échos reçus, soutenus par les 9000 téléchargements enregistrés à ce jour, prouvent qu’il y a un réel besoin d’information concernant ce concept collaboratif. Est-ce la preuve que les entreprises ont un urgent besoin de se repenser ?

Encore un grand merci à tous nos lecteurs, en espérant que ces quelques pages vous apporteront des idées pour mieux développer vos projets et entreprises respectives.

LE NOUVEAU MANAGEMENT DE L’INFORMATION, de Christophe DESCHAMPS aux éditions FYP *****

Je profite de la brume automnale pour revenir sur un ouvrage qui m’avait ouvert les portes de la compréhension du monde 2.0.

le-nouveau-management-de-l-informationSon auteur, Christophe DESCHAMPS, a parfaitement bien compris l’environnement des entreprises du XXIème siècle, l’évolution des comportements humains, la valeur du savoir et des connaissances, la complexité de la gestion de l’information ainsi que les enjeux de la collaboration entre les différentes parties prenantes de l’entreprise. Il brosse un portrait pertinent de cet écosystème mouvant et nous propose une organisation idoine dans le but de pouvoir s’y adapter rapidement et ainsi assurer sa survie.

J’ai particulièrement été conquit par la description de l’environnement du travailleur du savoir et des outils qu’il a à sa disposition pour mener ses tâches. Car même si c’est l’individu qui est au cœur de la création de valeur, c’est tout-de-même les outils qu’il utilise qui va permettre à l’entreprise de capturer cette valeur.

Christophe DESCHAMPS fait également référence à de nombreux ouvrages et études ce qui en fait une vraie mine d’or pour tout ceux qui souhaitent creuser cet univers collaboratif. J’y ai d’ailleurs puisé bon nombre de citations de mon travail de master…

Je recommande donc cet ouvrage pour son analyse détaillée parfaitement bien séquencée et bien écrite. Equipé de votre stabilo, vous mettrez en évidence les points clés d’une organisation apprenante et collaborative, afin d’en faire vos leitmotivs au moment de la mise en œuvre de ce concept dans vos organisations respectives.